Nouvel accrochage

Equilibres, couleur et matières
Variations autour des collections de sculpture du musée Denys-Puech
Du 11 mars 2016 au 29 janvier 2017

Le musée Denys-Puech sort de sa réserve pour proposer, autour de ses acquisitions récentes, une redécouverte des collections en trois mouvements - équilibres, couleur et matières - qui permettent d’initier un dialogue entre sculpture et peinture.

Si la couleur est souvent revendiquée comme le territoire des peintres, certains sculpteurs comme Bernard Pagès ou Martine Damas l’intègrent comme une composante à part entière de leur travail. Le jaune d’Aurèle lui appartient : c’est le IAY, International Aurèle Yellow, clin d’œil au bleu d’Yves Klein. Le dialogue est ouvert avec les œuvres d’Olivier Debré ou Cosme de Scoraille.

Tous les sculpteurs se confrontent à la matière pour faire surgir formes et mouvement mais Jean-Luc Parant ou Jephan de Villiers inventent la matière même de leur œuvre tandis que Nicolas Sanhes ou Francis Mascles marient l’acier avec des matériaux organiques et font surgir l’œuvre de ce dialogue. Dans les dernières sculptures de René Iché, la forme semble naître du bloc de diorite ; créée par la matière même et révélée par la main du sculpteur. Chez les peintres la matière est plus sensible ; elle forme le grain particulier de la peinture de Félix Denax ou Pierre Fournel et se fait plus fluide chez Richard Vincent ou Michel Cure.

Quant à la notion d’équilibre, elle est au cœur de la problématique de la sculpture mais certains artistes comme Anne Barrès ou Vincent Mauger en jouent plus que d’autres.

Poussée n°1 - musée Denys Puech
Anne Barrès
Poussée n°1, 1993
briques peintes - 105 x 120 x 50 cm

Le musée

Dès 1903, le sculpteur Denys Puech forme le projet de réaliser à Rodez "un sanctuaire de l'art Aveyronnais". Après avoir offert à la Ville un fonds important de sculptures et de dessins, il convainc ses amis, le peintre orientaliste Maurice Bompard (1857-1935) et le graveur Eugène Viala (1858-1913), de faire don de quelques-unes de leurs œuvres pour constituer les collections du futur musée. En accord avec l’artiste, l'architecte André Boyer dessine les plans du musée. Une façade rythmée par de larges baies vitrées destinées à éclairer le rez-de-chaussée abrite la sculpture. Un escalier monumental mène à l'étage vers la salle initialement destinée aux peintures. Le musée est inauguré en 1911.

Né en 1854 et mort en 1942, Denys Puech a traversé deux siècles. Durant toute sa carrière il conserve un style académique très conventionnel, en marge des courants artistiques qui révolutionnent l'art de son temps. Grand Prix de Rome et fort célèbre de son vivant, il est l'un des sculpteurs officiels de la IIIe République. Ses représentations féminines, caractérisées par une posture alanguie, la tête inclinée laissant s'échapper en vagues une chevelure abondante, sont souvent empreintes d'une grande mélancolie. Il était également renommé pour ses portraits.

Depuis 1987, le musée Denys-Puech s'ouvre à la création contemporaine. En 1989, François Morellet réalise sur les façades Nord et Sud des "intégrations" qui commentent discrètement l'architecture de Denys Puech. Depuis 2005, six chiens jaunes de l'artiste Aurèle s’exposent sur la façade du musée. Les expositions contemporaines permettent également d’accueillir très régulièrement des artistes contemporains pour des créations in situ.

La muse - musée Denys Puech
Denys Puech (1854-1942)
La muse d’André Chénier, 1888
sculpture (marbre)
Collection Musée Denys-Puech

Accès, contact et horaires

Musée Denys-Puech
place Georges-Clémenceau 12000 Rodez

Tél. 05 65 77 89 60
museedenyspuech@agglo-grandrodez.fr

Le musée est ouvert en accès libre,

  • du 1er juillet au 31 août : du mardi au dimanche de 14h à 19h
  • du 1er septembre au 30 juin : du mercredi au dimanche de 14h à 18h

et fermé au public le 1er janvier, 1er mai et 1er novembre et 25 décembre.

Entrée libre